Bien à vous,

De se laisser convaincre qu’un répulsif d’insectes piqueurs est efficace, durant le salon des V.R. du mois de mars, c’est pas facile.  Mais de s’en faire offrir une démonstration durant le festival de la mouche en Mauricie, ou ailleurs au Québec durant la même période, c’est plus convainquant.  Ce sont les propriétaires du terrain de camping, qui voyant que nous nous agitions comme des moulins à vent, nous en aspergèrent.  Notre premier réflexe en fut un de recul, puis à leur question :  » où sont les bébites maintenant ?  » notre réponse fut :   » quelles bébites ?  »  En effet, nous nous trouvions subitement relaxe et sans le tourment des insectes.

Ni un, ni deux, nous nous procurons le Bug-Tek, et notre séjour fut des plus agréable, malgré le temps de l’année propice aux moustiques et autre nuisances ailées.

Le produit ayant démontré son efficacité, j’ai décidé de le mettre à l’essaie ailleurs que sur nos vêtements.

Les araignées, tous les campeurs le savent, aiment bien faire des toiles et des nids dans les compartiments extérieurs des frigo et des chauffe-eau des véhicules récréatifs.  J’ai donc aspergé les miens de Bug-Tek et  je n’ai pas vu de toiles dans les compartiments de la saison.

Je fis la même chose pour le système de chauffage et le compartiment électrique avec le même résultat.  J’en ai en suite appliqué sur la porte moustiquaire du V.R. avec le résultat qu’il n’y a plus de moustiques en attente pour pénétrer à l’intérieur.

À la maison maintenant, les luminaires extérieurs étaient toujours « enrobés » de toiles d’araignées avec les restes de leurs repas.  Je les pulvérise de Bug-Tek au deux semaines et fini les toiles.  Les luminaires semblent maintenant faire peur aux insectes.  J’en applique aussi sur le cadre de porte ce qui empêche les insectes attirés par la lumière de s’y poser et par le fait même d’entrer à l’intérieur quand nous ouvrons la porte.  Le seuil des portes traités au Bug-Tek éloigne lui aussi les fourmis, perce-oreilles de la maison.

Votre produit tient promesse, bravo !

Paul

About the author